Lorsque vous postulez à un emploi vous voyez souvent la mention « expérience exigée » « minimum 1 an dans le même domaine » mais cette mention peut vous bloquer, vous faire perdre confiance. 

Tout le monde commence sans expérience professionnelle. Cependant lorsque l’on fait des études supérieures et dans certains domaines d’étude le manque d’expérience est présent. 

Que l’on soit un jeune en recherche d’un stage ou que l’on soit jeunes diplômés valoriser son curriculum vitae sans expérience professionnelle est difficile. 

Quelques conseils pour être crédible : 

  • Valorisez votre formation, évidemment si vous avez fait le choix de poursuivre dans cette voie qui offre peu d’expérience professionnelle il y a une raison. Regardez les matières en rapport avec le poste viser, vous aurez au moins la théorie. 
  • Votre expérience personnelle peut être un atout majeur. Vous avez une passion ? Vous êtes engagé ? Cela peut avoir un impact positif et montrer des qualités que vous avez acquis grace à vos expériences. Par exemple vous étiez responsable d’une association étudiante, ou du budget de cette association .. Cela peut être une réelle expérience, rien que pour le fait que vous êtes capables de travailler en équipe, d’assumer des responsabilités …

Attention, pour les deux conseils suivants ne sélectionnez que les expériences qui auront un intérêt pour le poste demandé. 

    • Mettez en avant vos jobs étudiants et jobs d’été. Malgré que l’on considère cela comme des petits boulots il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas de sous métier. Une expérience reste une expérience, cela vous sera avantageux dans tous les cas. N’importe quelle expérience peut montrer des traits significatifs de votre personnalité ou des compétences que vous possédez. Ces expériences montrent votre combativité, votre envie de travailler. 
    • Mettez en avant vos stages, les tâches et les responsabilités qui vous ont été assigner. 
  • Montrez votre motivation. Montrez que votre candidature n’est pas liée à un besoin urgent de gagner de l’argent mais que c’est une réelle démarche pour s’épanouir professionnellement et pour enrichir l’entreprise de vos compétences. 

Dans le milieu professionnel, dans le milieu scolaire, la maitrise de soi est quelque chose de très important. 

Commençons par définir la maitrise de soi : La maîtrise de soi désigne la capacité qu’à un être humain de maîtriser la survenue, la montée en intensité ou l’expression de ses émotions, sentiments, impulsions afin d’agir selon ses objectifs ou de mettre en œuvre une réflexion rationnelle. 

Selon votre caractère se maitriser sera plus ou moins dur. En effet pour des personnes impulsives la maitrise de soi est difficile. Donc la question se pose, comment savoir se dominer, se contrôler et garder son sang-froid ? 

Un vieil adage nous dit : «L’être débile ne sait pas garder pour lui ses sentiments, ses impressions, ses pensées». Ce qui veut dire que c’est un être émotif au sens primitif, les moindres événements peuvent le rendre hystérique, en colère ou violent. 

Tout cela est une question de caractère, certaines personnes sont calmes de nature. Pour changer il faut faire un grand travail sur soi-même, il ne faut pas directement cataloguer les personnes impulsives, il y a des traits de caractère qui sont beaucoup plus difficiles à changer que d’autres. Si vous êtes la personne zen de nature ne juger pas la personne impulsive et aider la plutôt à se poser les bonnes questions pour qu’elle change sur du long terme. Si vous êtes cette personne impulsive, qui s’énerve directement alors je peut vous proposer plusieurs étapes pour apprendre à vous maitriser : 

            • Faites la liste des habitudes ou comportements que vous voulez dominer.
            • Choisissez dans votre liste le comportement que vous voulez maitriser en premier.
            • Faites un inventaire honnête de vous-même. 
            • Fixez-vous des objectifs réalistes.
          • Canalisez votre énergie en direction de comportements meilleurs (le sport, le yoga …)

Et vous, êtes-vous un(e) impulsif(ve) ? Quelles conséquences cela a-t-il dans votre vie ? Quel mauvais tour l’impulsivité vous a-t-elle déjà joué ? Parvenez-vous à maîtriser vos emportements ? Que ressentez-vous dans ces moments-là ? Que faites-vous pour vous contrôler ?


La licence sciences de gestion est une formation de niveau bac+3 exclusivement universitaire qui permet d’acquérir des connaissances et des compétences en économie, management, comptabilité et gestion. 

S’arrêter ou continuer ? C’est justement la question que vous allez probablement vous poser en voyant la fin de votre licence approcher.

Voilà les deux principales possibilités après une licence de gestion :

  • Suivre une formation en école ou université 
  • Intégrer le monde du travail

Cependant une licence générale n’es pas aussi professionnalisant qu’une licence professionnelle.

Voici les insertions professionnelles que vous pouvez envisager après votre licence :

Trouver un travail

Vous pourrez également faire le choix de vous arrêter là et de vous lancer dans la recherche d’un poste avec les compétences et connaissances que vous avez depuis la licence.

Vous pourrez notamment travailler en tant qu’assistant ou employé, avant de gagner en expérience et en responsabilités.

Voici quelques débouchés métiers de la licence gestion :

  • Assistant de gestion
  • Entrepreneur
  • Assistant de manager
  • Conseiller en économie
  • Chargé de gestion
  • Responsable statistique
  • Contrôleur de gestion
  • Conseiller clientèle
  • etc.

Passer un concours de la fonction publique

Le bac+3 permet de passer les concours de la fonction publique de catégorie Aou B,afin d’exercer des métiers comme :

  • Administrateur territorial
  • Assistant de service social
  • Analyste des débats
  • Attaché administratif
  • Conseiller en économie sociale et familiale
  • Inspecteur des finances
  • etc.

Et pourquoi pas l’alternance ?

Pour un Bac+5, vous pouvez envisager de réaliser la dernière partie de votre cursus en alternance, afin d’avoir un pied dans le monde du travail. Sachez en effet que beaucoup d’entreprises utilisent cette formule comme un pré-recrutement. Il s’agit donc d’un bon tremplin pour votre insertion.


Bon à savoir : 

Heures d’ouvertures du Jardin Botanique :

De 8h jusqu’à 20h. Tous les jours.

L’accès au parc est gratuit.

Ce qu’on y voit : 

Connu d’abord sous le nom de “Parc Frescatelly”, le Jardin Botanique est un parc de style paysager de 4,4 hectares. Il propose de nombreuses collections végétales originales : l’arboretum avec les ginkgos, les séquoias et le cyprès chauve tous centenaires ; la roseraie, le jardin de senteur, la collection de graminées et les plates-bandes de vivaces. Les serres, d’une superficie de 1 000 m2 datent de 1861 et sont l’oeuvre du ferronnier messin PANTZ. Elles rassemblent orchidées, cactées et palmiers.

Un petit train sur rail permet une découverte originale du parc les après-midi d’été. Le jardin comprend également plusieurs aires de jeux ainsi qu’une buvette.

Un peu d’histoire : 

La propriété Frescatelly est une résidence d’été construite en 1719 par Philippe d’Aubertin de Bionville dans le village de Montigny et décrite comme « un vaste terrain clos d’une grille, avec au centre une villa, à l’avant un parc et à l’arrière des jardins […] ». La ville de Metz décide de l’acquisition de cette propriété fin 1865 pour y transférer les collections botaniques situées rue du Tombois ainsi que pour y accueillir l’école de botanique et les sociétés savantes d’Histoire naturelle et d’Horticulture. Les serres datent de l’exposition universelle de 1861 et sont l’œuvre du ferronnier messin Pantz.

Itinéraire et accès : 

JARDIN BOTANIQUE

27 ter rue de Pont-à-Mousson

57950 MONTIGNY LES METZ

Situé a 10 minutes en voiture du centre de ville de Metz. 


C’est quoi ? 

Le Consumer Electronics Show (CES) est le plus grand salon mondial dédié à l’innovation technologique. Il se tient tous les ans aux Etats-Unis, à Las Vegas et permet à toutes les entreprises mondiales de l’électronique d’y présenter leurs toutes nouvelles innovations : c’est une plateforme incontournable pour les entreprises, les investisseurs mais également les grands fans de  technologie !
Bien entendu chaque année, les meilleures inventions sont récompensées par le comité du CES. 

Un peu d’histoire

Le premier Consumer Electronics Show avait eu eut lieu en 1967 à New York. A cette époque, le salon était réservé que pour les professionnels. En effet, il n’avait accueilli que 17 500 visiteurs et 200 exposants, qui étaient principalement des petites entreprises. Les seuls grands groupes qui exposaient leurs produits étaient Motorola, LG et Philips.
Bien entendu, les inventions n’étaient pas aussi spectaculaires et futuristes que ceux de nos jours. Les principaux produits exposés étaient des téléviseurs, des radios et des magnétophones. A fur et à mesure, le CES s’est fait un nom et a pu héberger les plus grandes révolutions technologiques de nos temps tels que :
– 1970 : Le premier magnétoscope bande de 1 pouce créer par Sony
– 1981 : Les caméras et le premier lecteur de CD
– Années 80 : Les consoles et ordinateurs,  et surtout marqué en 1985 par la console NES de Nintendo
– 1996 : La première version du DVD
– 1998 : La télévision haute définition 

Tous ces temps forts ont permis au salon de s’agrandir et d’accueillir des grands noms de la scène comme Microsoft, Samsung et Apple. De nos jours, le salon a été marqué par l’arrivé des lecteurs et DVD blu-ray, des portables, des objets connectés et de la réalité virtuelle.

L’édition 2019

Cette année le CES s’est déroulé à Las Vegas du 8 au 11 janvier 2019 et accueilli plus de 55 000 exposants. Nous avons donc décidé de vous présenter les innovations qui ont été les plus promus lors de cette édition.

La télévision OLED

 

Avec le téléviseur OLED, l’entreprise LG révolutionne la façon de regarder la télévision. Il ne possède pas seulement toutes les fonctionnalités d’un Home Cinéma mais est connecté avec les assistances vocales. De plus, il peut également être transformé en enceinte et en meuble de salon. Et oui, le téléviseur de LG de 65 pouces (165 cm de diamètre) peut se rétracter dans son socle grâce à sa construction en lamelles d’aluminium. 

 Le Taxi volant 

Les entreprises Bell et Uber se sont associés afin de proposer une première version de son taxi volant Bell Nexus. En effet, Bell Nexus devrait être opérationnel dès 2020 dans les grandes villes comme Paris. Ce taxi permettrait de réduire considérablement l’empreinte écologique et permettra aux utilisateurs d’éviter les bouchons des grandes villes et ainsi d’accéder plus rapidement de leur point A à leur point B.

 La réalité virtuelle pour les voitures

En collaboration avec Disney et Holoride, Audi a exposé ces premières lunettes de réalité virtuelle. Après avoir inventé les voitures autonomes, Audi a décidé de se consacrer à l’innovation d’Occulus qui permettra aux passagers de ces voitures de se distraire pendant les trajets. 


Bon à savoir : 

Le Musée est ouvert tous les jours de 9h à 12h30 et de 13h45 à 17h.

Fermeture hebdomadaire le mardi.

Tarif réduit : 3,30 € pou les étudiants 

Gratuité : pour tout public le premier dimanche de chaque mois 

Les bénéficiaires de réduction ou de gratuité doivent présenter un justificatif en cours de validité. Le droit d’entrée permet la visite des collections permanentes et des expositions temporaires.

Ce qu’on y voit : 

Trésors gallo-romains, plafonds peints médiévaux, peintures de l’école de Metz et art abstrait font la richesse des collections gallo-romaines, médiévales et beaux-arts. Il s’agit donc de la collection permanente du musée.

Il y a 5000 m2 d’exposition.

Il y a aussi des événements ainsi que des expositions temporaires telle que l’exposition temporaire splendeurs du christianisme (qui finit le 27 janvier 2019), ou encore une conference le 26 janvier 2019 sur le patrimoine religieux. 

Un peu d’histoire : 

Le musée est fondé en mars 1839 et occupe un espace de 200 m2 dans un bâtiment rattaché à la bibliothèque municipale de la ville. Il abrite alors une collection de tableaux, provenant principalement de la municipalité. 

Dès 1840, sous la houlette d’Auguste Hussenot, son premier conservateur, le musée acquiert des portraits de l’École hollandaise et accepte la collection du professeur Jean-Augustin Naud.

Une collection d’histoire naturelle ancienne, constituée avant l’avènement de l’institution, par la société d’histoire naturelle de la Moselle fondée en 1835, est installée en 1841 dans deux salles spécifiques. 

La présentation des collections gallo-romaines a lieu sous l’impulsion de l’académie royale de Metz et de la société d’histoire de la Moselle et se développe considérablement durant l’Annexion (1871-1918).

En 1935, une nouvelle aile parallèle à la rue du Haut-Poirier est construite. Des vestiges de thermes antiques sont mis au jour dans le sous-sol et sont conservés dans le cadre d’une partie des collections gallo-romaines d’archéologie.

En 1951, le département des beaux-arts s’enrichit de l’important fonds Migette légué à la ville par testament à la mort de l’artiste en 1884. le peintre Gérald Collot, conservateur du musée de 1957 à 1987, crée la collection de tableaux modernes liée à l’École de Paris.

Itinéraire et accès : 

Adresse : MUSÉE DE LA COUR D’OR – METZ MÉTROPOLE, 2 rue du Haut Poirier 57000 METZ

Accès: 

À PIED :

À 5 minutes de l’Opéra-Théâtre

À 10 minutes de la Place de la République

À 20 minutes de la gare de Metz

 

EN VOITURE :

Depuis l’autoroute A31, sortir à Metz Centre

Possibilité de stationnement aux parkings Cathédrale et Saint Jacques

 

EN BUS :

Aux arrêts Saint-Georges et Place d’Armes des lignes 3, 18, 83 et 111.

Avec la navette Artéo.

Retrouvez toutes les informations pratiques et planifiez votre voyage sur le site du réseau Le Met’.


Tu es à la recherche d’un stage ? D’un travail ? Ou tout simplement tu souhaites entretenir ton réseau professionnel ? Mais comment ?

De nos jours, les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont incontournables dans le monde du travail. En effet, 88% des demandeurs d’emploi recherchent des emplois via les réseaux sociaux professionnels.
Dans cet article nous allons vous montrer les principales plateformes d’interaction des professionnels afin d’optimiser vos chances de trouver un stage ou encore un emploi et comment les entretenir. 

  • LinkedIn

Avec plus de 500 millions d’utilisateurs dans 200 pays et plus de la moitié est active régulièrement, LinkedIn donne à ces internautes une visibilité internationale auprès des différentes entreprises. Son utilisation est très simple et la création d’un profil professionnel est entièrement guidée. En effet, le profil d’un internaute retrace l’ensemble des formations, des expériences professionnelles, des compétences et recommandations de ce dernier : c’est un Curriculum Vitae en ligne.

Ainsi LinkedIn est le premier réseau social professionnel à travers le monde qui permet principalement à rester en contact avec son réseau professionnel et être à la page du secteur qui vous intéresse.

  • Viadéo 

Ce réseau social fonctionne d’après le même système que LinkedIn à la seule différence que Viadéo est plus centré sur les emplois et les entreprises en France. Malheureusement seule une petite partie de la communauté est active : 3,6 millions sur 10 millions d’inscrits.

Viadéo existe également dans d’autres pays mais sous d’autres noms et regroupe plus de 55 millions d’utilisateurs. Ainsi, si vous souhaitez avoir une reconnaissance internationale, vous pouvez également créer un compte en anglais, en allemand, en italien, portugais ou encore en russe. 

  • Xing 

Ce réseau social comprend environ 13 millions de membres dont 6,5 millions dans les pays germanophones, principalement utilisé en Allemagne, Autriche et en Suisse. De ce fait, il est très intéressant pour les personnes qui souhaitent avoir une carrière professionnelle dans les pays germanophones.

Xing est aussi intéressant car il propose plusieurs évènements au cours de l’année qui permet à ses internautes (demandeurs d’emplois ainsi qu’offreurs d’emplois) de se rencontrer et d’échanger leurs expériences. 

  • Twitter

Nous avons principalement parlé des réseaux exclusivement professionnels mais les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter sont très utilisés. En effet, beaucoup d’entreprises sont actives sur Twitter car cela leur permet d’être en contact avec leur clientèle et de divulguer des informations courtes et pertinentes.

Par conséquence, vous pouvez donc utiliser Twitter afin d’intégrer le monde professionnel. De plus, vous pouvez créer des alertes pour les entreprises qui vous intéressent afin d’être au courant des nouveautés de l’organisation.

Nous vous avons donc présenté les meilleurs réseaux sociaux professionnels mais il ne suffit pas seulement d’être inscrit sur ces réseaux, il s’agit  aussi d’établir un bon profil. Pour cela il faut :

    • Ne pas mettre que vous êtes à la recherche d’un emploi mais le poste que vous souhaitez occuper.
    • Remplir au maximum toutes les rubriques (surtout les coordonnées afin d’être joignable)
    • Spécifier vos compétences, même ceux qui ne sont pas directement liées au métier.
    • Photo naturelle et professionnelle (évite les filtres, avoir une tenue correcte).
    • Se démarquer en mettant une autre photo d’arrière-plan.
  • Ajouter des relations : plus votre profil a de relations, plus les entreprises seront attirées. Ainsi pensez à tous vos anciens jobs d’été, stages, rencontres lors de conférences, forums, etc…

Durant votre cursus scolaire, vous prévoyez de faire un stage dans pays anglophone ? La cover letter (lettre de motivation) est INDISPENSABLE, voici quelques conseils pour rédiger votre lettre de motivation en anglais ainsi qu’un exemple :

Après avoir écrit l’adresse de l’entreprise, la date, vos coordonnées, la forme de politesse et l’objet, voici 7 étapes à respecter :

  1. « The reason of the letter » : expliquer brièvement la raison de la lettre
  2. « current situation » : expliquer votre situation actuelle, ce que vous faites actuellement
  3. « What you will bring to the company » : dites ce que vous pouvez apporter à l’entreprise
  4. « Add value » : dites vos qualités, ce qui vous différencie des autres
  5. « The end result » : raconter brièvement votre expérience et vos résultats
  6. « Closing remark » : pour conclure vous pouvez évoquer vos souhaits futurs
  7. « Yours sincerely » : Terminez par une formule de politesse et n’oubliez pas de signer votre lettre

Attention : une lettre de motivation de plus d’une page ira directement à la corbeille!!


Aujourd’hui, pour vous guider un peu plus dans votre vie d’étudiant nous allons vous mettre à profit quelques bons plans afin que vous puissiez profiter pleinement sans vous ruiner !

Le culturel :

  • La carte étudiante : cette petite carte est une réelle clef passe partout. Sur présentation de celle-ci elle vous permet d’avoir de nombreux tarifs préférentiels voire même des pass gratuits à de nombreux musées, théâtres et cinémas. De plus les musées nationaux français sont gratuits pour les moins de 26 ans, raison de plus pour aller faire un tour au centre Pompidou à Metz (n’hésitez pas à consulter notre article pour en savoir plus : http://my.iaemetz.fr/2018/11/14/le-centre-pompidou-de-metz/)
  • La Carte Jeunes européenne : elle coûte 10€ vous donne aussi plein d’avantages durant vos études à l’étranger : sport, transport, loisirs …
  • La carte ISIC : reconnu par l’UNESCO, elle est la clé de la mobilité nationale et internationale dans plus de 134 pays. C’est une carte qui donne accès à des centaines de réductions, d’informations et de services pour la modique somme de 13€.

Se déplacer :

  • TGV Max : Pour seulement 79 € par mois, l’abonnement vous permet de prendre le train en illimité sur réservation. L’abonnement est seulement valable pour les jeunes entre 16 et 27 ans.
  • Primo : la carte primo vous permet de profiter de 50% de réduction en semaine sur tous vos billets TER Grand Est et de 70% de réduction le week-end et ainsi vous pouvez vous déplacer librement à petits prix sur le ou les trajets TER Grand Est de votre choix et pour 20€ seulement !
  • Le co-voiturage : outre blablacar.fr il y’a également les sites Karzoo.fr et LaRoueVerte.com
  • VELOMET’ : est un service de location de vélos proposé à METZ par le réseau LE MET’ qui vous permettra de redécouvrir le plaisir du vélo en ville en toute liberté et simplicité ! Pour cela rendez-vous à l’Espace Mobilité à Place de la République ; VELOMET’ secteur Gare à 7 place du Général de Gaulle ou VELOMET’ secteur Cathédrale à rue d’Estrées.

Se nourrir :

  • Le CROUS : Propose des repas équilibrés à 3,25€ seulement (entrée-plat-dessert). Sur la ville de Metz il existe 5 restaurants : Metz’in sur le campus Technopole, Bridoux à proximité des campus médecine et sciences ; Rimbaud et Verlaine sur l’île du Saulcy et Technopole à proximité du lycée de la communication.
  • L’application TooGoodToGo : permet de manger à petits prix tout en luttant contre le gaspillage alimentaire. Le principe est d’acheter un panier surprise composé des invendus du jour du commerce de votre choix pour des tarifs allant de 2€ à 8€.

Faire du sport :

  • Le SUAPS : propose de suivre des activités physiques pour un tarif de 40€ l’année. Les cours sont accessibles aux étudiants en possession de leur carte d’étudiant.

 Technologie :

  • Office 365 : (Word, Excel, Power Point, One Note …) est gratuit pour les étudiants à condition d’avoir une adresse mail étudiante.
  • Apple : propose des remises sur les Mac et iPad et en bonus un casque Beats by Dre offert. De plus vous pouvez bénéficier des tarifs étudiants sur https://www.apple.com/fr/education/ via Unidays. 
  • Musique : Apple Music, Deezer et Spotify pour 4,99€/mois seulement pour les étudiants, il vous suffit simplement de faire valider votre adresse mail d’étudiant, fournie par votre établissement à la rentrée, comme preuve de votre scolarité.

Se vêtir :

  • Mode : Asos.com ; Spartoo.com ; Nike.com et beaucoup d’autres sites offrent des codes promos allant de 10% à 20% rien que pour vous les étudiants !
  • Codes promos : n’hésitez pas à visiter le site https://www.tarif-etudiant.comtoute l’année pour dénicher les meilleures réductions possibles.

Se décider à partir en stage à l’étranger est extrêmement valorisant, c’est un investissement sur l’avenir, un véritable + sur un CV. 

  1. La Recherche du stage 

La recherche d’un stage à l’étranger est souvent longue et difficile… Voici quelques pistes pour chercher et trouver une mission

1.1 Trouvez la destination qui vous correspond

“Avant de choisir la destination de votre stage à l’étranger, il faut regarder la situation économique du pays, les atouts linguistiques et la législation locale concernant les stages”, conseille Jean-Pierre Pont, auteur du livre “Tour du monde de l’emploi”. 

1.2 Le début des recherches

Il faut s’y prendre tôt pour dénicher un stage à l’étranger, déjà en France la recherche est fastidieuse pour l’étranger n’hésitez pas à vous y prendre en début d’année.

1.3 Ou rechercher ? 

Pensez aux réseaux sociaux, à votre réseau personnel, le réseau des anciens de l’école. 

Pensez à l’Union des Français de l’étranger, à l’AFE (Assemblée des Français de l’étranger), ou encore aux chambres de commerce à l’étranger, qui ont parfois un bureau dédié à l’emploi. Le site Placeojeunes peut aussi vous aider à dénicher des offres. Regarder des sites spécialisés comme « L’étudiant.fr“. 

Il faudra envoyer une centaine de CV avant de recevoir ne seraient-ce qu’un entretien via Skype. 

Un petit conseil pour étendre vos recherches : rendez-vous sur Google maps, dans la barre de recherche mettez « entreprise comptabilité Dubaï » par exemple, en choisissant votre domaine et le pays vous aurez une liste d’entreprises. Ensuite rendez-vous sur le site web de l’entreprise pour rechercher une adresse e-mail ou un numéro de téléphone a contacté.

2. Les différentes aides,/bourses pour se financer

Selon votre profil, vous pouvez avoir droit à plusieurs aides cumulées :

  • La bourse Erasmus+ : entre 300 et 400 € par mois, selon votre pays de destination;
  • La bourse de votre région et/ou de votre commune ;
  • L’aide à la mobilité internationale du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : 400 € par mois (mais le nombre de mensualités accordées est décidé par l’établissement), pour les boursiers uniquement
  • La bourse sur critères sociaux du CNOUS, cumulable avec toutes ces aides ;
  • Le programme Eurodyssée : il vous aide à trouver un stage en Europe et finance une partie de votre séjour.

3. Les spécificités des pays étrangers

Rendez-vous sur « France diplomatie » pour retrouver les conseils des différents pays avec un point sur la sécurité, sur les modalités d’entrées, de séjour (ex. Visa), sur la santé (certains pays nécessitent des vaccins obligatoires) et diverses infos utiles.

Renseignez-vous aussi au préalable sur les différentes coutumes dans le pays.

par exemple : 

  • Aux Etats-Unis le pourboire à payer est sur l’addition
  • En Thaïlande la tête est considérée comme une partie du corps sacrée c’est pourquoi il ne faut pas toucher la tête de quelqu’un d’autre
  • En Inde pour dire non on incline la tête de haut en bas

D’autres règles de respect comme enlever ces chaussures en rentrant dans des bâtiments, ne pas toucher les gens, se faire la bise ou se serrer la main .. Certains pays ne tolèrent pas des choses banales en Europe donc se renseigner pour ne pas risquer une condamnation. 

4. Préparer le séjour dans le pays

Pour le logement ne pas paniquer, de nos jours ils existent tellement de site qui lie les particuliers dans le monde entier. Pensez au site « airbnb » « abritel », regardez les appart’Hotel du pays, ou sinon demandez à votre future entreprise des pistes pour trouver un logement.

Pensez à la couverture sociale, il faut toujours se couvrir. 

Organisation et patience seront vos maîtres mots durant toute votre recherche et votre préparation. Et n’oubliez pas c’est une expérience unique qui sera utile pour l’avenir, ne vous démotivez pas !